Amour, désir, vie de couple

 L’amour étant par essence narcissique, on peut penser qu’il n’est qu’une tentative pour retrouver l’unité narcissique perdue. Mais, si le narcissisme découpe l’espace formel de l’amour, il apparaît plus incisivement comme ce qui donne forme, certes par l’image idéalisée d’un semblable, à autre chose qui se trouve recherché et retrouvé dans l’amour sans être pourtant reconnu, identifié : dans le souvenir nostalgique des liens oedipiens, les traits de l’objet du désir inconscient.

Dans l’amour, dans le désir d’amour, il n’y a, du point de vue de l’inconscient, qu’amour de l’objet qui viendrait satisfaire le désir inconscient dans sa visée radicale de jouissance. Le partenaire de nos « je t’aime » est donc en l’autre auquel on croit s’adresser, ce qui le rend aimable : quelque chose qu’il représente et qui pourtant ne le concerne pas en tant que tel.

S’il y a une réciprocité totale entre le sujet et l’image fondamentale de son désir inconscient, on comprend que dans le fonctionnement en miroir de l’amour (on n’est jamais amoureux que de sa propre image) se capture la jouissance narcissique, mortelle dans la rencontre fascinante en l’autre aimé de l’objet qui satisfait sans détour au désir d’être « un ». Ce qu’on appelle le « coup de foudre », comble de la passion amoureuse, sa perfection, trouve là son point de conflagration fusionnel.

Que l’aimé soit le support d’une image partielle, d’un point d’idéal, c’est aussi ce qui apparaît quand celui-ci est un jour entendu dans le bruit qu’il fait en mangeant, le ridicule de son rire, le charme rompu de ses traits. Devenu brusquement dissemblable de l’amour qu’on lui porte, il chute de l’image qui le faisait aimable, désirable. Moment de désillusion qui souvent entraîne une rupture entre amoureux. Mais c’est paradoxalement aussi cette chute de l’idéalisation qui peut permettre une véritable rencontre de l’autre : la reconnaissance de l’altérité suppose que se défasse le mirage et pourtant le sentiment amoureux suppose qu’il se produise.

Les amoureux, le couple où il y a de l’amour, sont dans la quête chez l’autre aimé de ce qui saurait enfin les combler. C’est dans les premières années de la vie sexuelle que l’orgasme occupe une position centrale de la relation et qu’il est considéré comme le baromètre d’un rapport sexuel réussi. Une connaissance de soi et de l’autre insuffisante fait que le plaisir est souvent très aléatoire pour les femmes et difficilement contrôlable pour les hommes.

La jouissance, elle parle d’abandon, d’émotions, de capacité à se laisser aller à l’autre, à ses fantasmes et à ses sens. La magie de la jouissance réside, pour l’homme comme pour les femmes, dans l’incessante fluctuation entre désir et plaisir. Au-delà des différences physiologiques et psychologiques entre hommes et femmes, la jouissance exige un climat particulier fait de désir, de confiance et de respect. Impossible de s’abandonner dès lors que l’on s’attache trop au plaisir de son partenaire ou au sien propre : on réduit immanquablement l’autre à un objet de plaisir, ou soi-même, à un objet narcissique.