L’@mour au coin de l’écran

coin ecran

On peut aujourd’hui se mettre à aimer sans « connaître » l’autre au sens traditionnel du terme, c’est à dire sans l’avoir vu, ou en l’ayant rencontré sans que l’amour « s’en maile » de visu. Faire la connaissance de l’autre et s’y attacher par le biais des mails est devenu chose fréquente, volontairement, en s’inscrivant sur un site de rencontres, avec l’ambition avouée de séduire et de former un couple, mais aussi bien malgré soi, au hasard d’un réseau social comme Facebook ou de conversations professionnelles, occasionnelles, amicales au départ. Se mettre à aimer alors que l’on n’était pas candidat, brûler d’amour pour quelqu’un que l’on n’a jamais vu ou si peu, c’est le grand bouleversement du XXIème siècle, le grand risque aussi : qui est celui qui aime derrière son écran ?

Que perçoit-on de la véritable identité à travers un écran ?

Peut-on déjà nommer «amour» ce lien tissé par les projections imaginaires de deux protagonistes qui rêvent la vie avant de la vivre ? Bien au-delà de la question du virtuel largement traitée, Pascal Couderc interroge la complexité de ce qui se joue dans cet espace de rencontre, et met en relief le rôle des projections et des fantasmes dans nos relations. Il amène ainsi le lecteur à s’interroger sur sa propre histoire.

Si ce contenu vous a plu, partagez-le Partagez sur FacebookPartagez sur TwitterPartagez sur GooglePlusPartagez sur LinkedinPartagez sur Pinterest