Les problèmes de couple

Perte de désir(s), séparation des chemins, frustrations : quand rien ne va plus dans le couple, il est encore possible de réapprendre à communiquer.

Disputes, apathie sexuelle, rancœurs, silences… . Pour sortir du huis clos, qu’ils s’accordent tous deux à trouver insupportable, ils semblent n’avoir plus que deux solutions : se séparer ou trouver le courage d’appeler à l’aide.

C’est ainsi que certains couples sonnent à la porte d’un thérapeute spécialisé, mus par une seule certitude : “Il faut que ça change.” Ils jouent leur va-tout, sans même savoir très bien ce qui les attend.

Se dire des choses devant un professionnel est essentiel : les ressentiments s’apaisent, ce qui n’entraîne plus la même réponse de la part du conjoint. On peut à nouveau s’écouter et sortir de la logique de guerre. Pour le couple qui va mal, en effet, la situation est claire : chacun pense que l’autre est la cause évidente de tous les problèmes et qu’il doit changer.

L’une des premières étapes consiste à sortir de cette vision simpliste : le problème n’est pas l’autre mais réside dans la relation, les deux membres sont donc impliqués et co-responsables. Le thérapeute aide à admettre que l’autre a le droit d’être différent.

Le thérapeute aide à repérer ce qui vient de soi et ce qui vient de l’autre dans le couple. Car ne faire qu’un est une illusion dangereuse. Le démarrage du couple est souvent passionnel. Si l’on ne s’éloigne pas un peu de l’autre pour s’ouvrir à l’extérieur, l’amour manque vite de carburant. Lorsqu’on ne parvient pas à faire évoluer cette notion d’absolu, ce qui nous avait justement séduit chez notre partenaire devient souvent l’objet du conflit. Nombre de couples fusionnels se retrouvent ainsi en difficulté : il suffit que des événements surgissent (naissance, maladie, etc.) pour que le fragile équilibre s’écroule.

Après quelques consultations avec un thérapeute de couple, la crise trouve dans bien des cas une issue satisfaisante. Chacun retrouve sa place et les décisions qui s’imposent se font de façon raisonnée, et non plus sous le coup de l’émotion. La situation est redevenue vivable.

Dès que surgit un problème important, il faut en parler pour éviter qu’il ne s’enkyste. Il n’est jamais trop tard dans la vie. Combien de couples à la retraite se retrouvent dans un face-à-face angoissant lorsque leurs enfants partent ! On peut les aider à réapprendre à vivre à deux autrement.

À l’inverse, de plus en plus de jeunes couples consultent très tôt, ce qui est une bonne chose, à condition qu’ils ne s’imaginent pas souscrire une sorte d’ “assurance tous risques” garantissant la réussite de leur union. Nous ne sommes pas des faiseurs de miracles. La thérapie n’évite pas toujours la séparation.

Mais si elle intervient quand même, elle se passera mieux, sans que perdure le désir de faire mal à l’autre, souvent à travers l’enfant. Car mettre en mots les problèmes, les sentiments, fait baisser le niveau d’angoisse et d’agressivité.

PartagezPartagez sur FacebookPartagez sur TwitterPartagez sur GooglePlusPartagez sur LinkedinPartagez sur Pinterest